Dmitri Medvedev : "Russie, en avant !"

Par Aurialie le 11.09.2009 à 16h06

La presse française n’a pas manqué de mentionner le portrait sans concessions de la Russie dressé par Dmitri Medvedev dans Gazeta.ru hier : économie "primitive", "démocratie faible", Caucase "instable", peuple qui boit trop et manque d’initiative (par ici, ici ou ). Il est dommage de constater que sur la très longue intervention du président russe, seuls les points négatifs ont été repris. Il y a beaucoup plus dans cette tribune, on y lit les mots d’un président qui a beaucoup d’espoirs pour son pays, de grandes ambitions, la volonté d’améliorer le sort de ses concitoyens. Morceaux choisis et traduits.

"Récemment j’ai défini cinq vecteurs stratégiques de la modernisation économique de notre pays. Premièrement, nous deviendrons un des pays leaders en terme d’efficacité dans la production, l’acheminement et l’utilisation de l’énergie. Deuxièmement, nous conserverons et élèverons le niveau qualitatif des technologies nucléaires. Troisièmement, les spécialistes russes perfectionneront les technologies de l’information, obtiendront une influence sérieuse dans les processus de développement des réseaux mondiaux d’informations accessibles à tous, en utilisant de super-ordinateurs et d’autres bases matérielles nécessaires. Quatrièmement, nous disposerons de notre propre infrastructure terrestre et spatiale de transmission d’informations ; nos satellites "verront" le monde entier, aideront nos citoyens et les gens de tous les pays à communiquer, voyager, faire de la recherche scientifiques, gérer la production agricole et industrielle. Cinquièmement, la Russie sera en première ligne dans la production d’équipements médicaux, de médicaments pour le traitement des maladies virales, cardio-vasculaires, neurologiques, contre les cancers." [Pour autant l’industrie agro-alimentaire et l’industrie des armes ne sont pas oubliées et continueront à être développées.]

"Les tendances négatives de la démographie doivent être ralenties et arrêtées. L’augmentation de la qualité de l’assistance médicale, la stimulation de la natalité, la sécurité sur les routes et dans la production, la lutte contre la pandémie de l’alcoolisme, le développement de la culture physique et du sport doivent devenir des actions stratégiques et quotidiennes de l’État."

"Je considère le développement technologique comme une tâche publique et étatique prioritaire parce que le progrès scientifique et technologique est indissolublement lié au progrès des systèmes politiques."

"La diffusion de technologies de l’information modernes, auxquelles nous contribuerons par tous les moyens, nous donne des possibilités sans précédent pour pratiquer les libertés politiques fondamentales, comme la liberté de parole et de réunion ; pour révéler et liquider les foyers de corruption ; pour accéder à n’importe quels événements ; pour échanger directement ses opinions et ses connaissances. La société devient ouverte et transparente, comme jamais. Même si cela ne plaît pas à la classe dirigeante."

"Le système politique de la Russie sera aussi singulièrement ouvert, souple et intérieurement complexe. Il sera en adéquation avec une structure sociale dynamique, mobile, transparente et multidimensionnelle. Il répondra à la culture politique des gens libres, aisés, pensant de façon critique, sûrs d’eux. Le système politique se renouvellera et se perfectionnera par une compétition libre des mouvements politiques. Cette année nous avons commencé ce mouvement vers la création d’un tel système politique. Les formations politiques ont reçu des possibilités supplémentaires d’influencer la formation du pouvoir exécutif dans les sujets de la fédération et les municipalités."

"Nous augmenterons l’efficacité de la sphère sociale, en accordant une meilleure attention à la sécurité matérielle et médicale des vétérans et des retraités. La modernisation de la démocratie russe, la formation d’une nouvelle économie sont possible seulement dans le cas où nous nous servirons des ressources intellectuelles de la société postindustrielle."

"La démocratie a besoin de protection. Comme ont besoin d’être protégés les principaux droits et les libertés de nos citoyens, et principalement de la corruption qui engendre l’arbitraire, la non-liberté et l’injustice."

"Nous avons beaucoup de problèmes communs, dont certains sont absolument prioritaires et concernent chaque habitant de la Terre, comme la non-prolifération de l’arme nucléaire et la réduction du risque des changements climatiques. Nous devons savoir intéresser nos partenaires, les entraîner vers une activité commune. Et si pour cela il faut changer soi-même, refuser les préjugés et les illusions – il faudra faire ainsi."

"Nous ferons tout ce qui est possible pour normaliser la vie des gens du Caucase russe. Les programmes économiques et humanitaires pour le sud du pays seront reconsidérés et concrétisés prochainement."

"La démocratie russe ne va pas copier mécaniquement les modèles étrangers. La société civile ne va pas être achetée par les subventions étrangères. La culture politique ne va pas simplement imiter les coutumes politiques des sociétés avancées. On ne peut pas importer un système judiciaire efficace. Mais sans aucun doute, nous apprendrons des autres peuples. Nous emprunterons leur expérience, prendrons en considération leurs succès et leurs erreurs dans le développement des institutions démocratiques. Mais personne ne vivra notre vie pour nous. Personne ne deviendra pour nous libre, responsable, personne ne réussira pour nous. Seulement notre propre expérience de la construction démocratique nous donnera le droit d’affirmer : nous sommes libres, nous sommes responsables, nous avons réussi."

Malheureusement on ne peut pas traduire tout ce qu’a écrit Medvedev, c’est beaucoup trop long. Mais j’ai souhaité terminer par cette citation, qui se trouve au milieu de la lettre, car je la trouve très forte, très belle. Et honnêtement, on ne peut que lui souhaiter de réussir.

Source : Gazeta.ru et Sergueï Elkin pour le dessin (traduction : "C’est simple, la politique intérieure, elle est à l’intérieur, la politique extérieure, à l’extérieur")

Commentaires

>> Dmitri Medvedev : "La Russie, en avant !"

C’est affreux !

Là, on lit la prose du directeur du Plan ?
Ou bien celle du nouveau directeur d’une entreprise sibérienne ?

La question que je pose c’est de savoir si cet état est capable de protéger, voir de faire fructifier le patrimoine que chaque russe a acquis durant sa vie de travail.Tout ce ce président propose c’est de gérer la vie économique à la place des citoyens qui auraient envie de s’y investir.

Ce n’est pas un discours de rupture, on sent qu’il s’arrange avec de trop nombreux intérêts par le vent qui souffle de sa bouche.En gros il ne manque plus qu’un paragraphe sur l’énergie éolienne.

Le 11 septembre 2009 à 22h59 par Mazeuil

>> Dmitri Medvedev : "La Russie, en avant !"

@Mazeuil

« L’économie de marché c’est le marché régulé, le marché mis au service du développement, au service de la société, au service de tous. »

« Il faut ensuite réglementer les banques pour réguler le système. Car les banques sont au cœur du système. […] Il faudra imposer aux banques de financer le développement économique plutôt que la spéculation. »

« Quand les banques centrales font tous les jours toute la trésorerie des banques et quand le contribuable américain s’apprête à dépenser mille milliards de dollars pour éviter la faillite généralisée, il me semble que la question de la légitimité des pouvoirs publics à intervenir dans le fonctionnement du système financier ne se pose plus ! »

« Oui, il arrive que l’autorégulation soit insuffisante. Oui, il arrive que le marché se trompe. Oui, il arrive que la concurrence soit inefficace ou déloyale. Alors il faut bien que l’État intervienne, qu’il impose des règles, qu’il investisse, qu’il prenne des participations, pourvu qu’il sache se retirer quand son intervention n’est plus nécessaire. »

Mais de qui donc est cette prose ? d’un quelconque « directeur du Plan ? Ou bien celle du nouveau directeur d’une entreprise sibérienne ? »

Discours tenu à Toulon le 25 septembre 2008 par un certain Nicolas Sarkozy.

Source : http://www.sarkozynicolas.com/nicolas-sarkozy-discours-de-toulon-texte-integral/

Le 12 septembre 2009 à 03h16 par Meriem

>> Dmitri Medvedev : "La Russie, en avant !"

Il s’agit d’un discours assez long (10 pages en condensé).

Première partie : Medvedev y excelle dans un diagnostic lucide et sans concession de la situation du pays. C’est apparemment un mauvais coup porté aux fidèles partisans de la Russie, ceux-là mêmes qui combattent, avec un dévouement sans faille, les préjugés des médias occidentaux... d’autant que ces médias n’ont jamais poussé la critique aussi loin (ils peuvent se rattraper).

En réalité, cette tactique permet d’identifier les véritables questions qui se posent afin d’y apporter des solutions appropriées.

Autre mérite : couper l’herbe sous les pieds d’une "opposition" incarnée par Kasparov & Co (BHL, Glücksmann etc.)

La seconde partie fixe les grandes orientations stratégiques du pays. On ne peut qu’approuver ces résolutions.
A cette étape, rien de concret bien sur. Il s’agit juste de l’annonce d’un grand chantier colossal pour les décennies à venir. A la veille du 65e anniversaire de la Victoire lors de la Grande Guerre, la Russie tient à affirmer sa place dans la globalisation (certains l’ayant radiée du paysage pour tous les motifs exposés en première partie : alcoolisme, sida, sous-natalité, corruption...).

Pour conduire un tel chantier, il faudra un vrai leader. La Russie n’a que trop attendu pour réagir. Pourra-t-elle attendre encore 2 ans ?

Le 13 septembre 2009 à 17h42 par Ratgemini
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Russie41
Russie09
Russie03
Russie06
Russie31
Russie42
Russie32
Russie01
Russie35
Russie36
Russie05
Russie18