Tous les articles sur le mot clé : révolution

Des révolutionnaires et des livres

J’ai lu quelques très bons livres dernièrement, le dernier étant San’kia de Zakhar Prilepine, son 3e roman traduit en français, après Pathologies et Le Péché. Cette plongée dans le parti national-bolchevique (bien qu’il ne soit jamais directement cité), via le parcours de Sacha, est absolument passionnante. Manifestations, bâtiments saccagés, violences policières, picoles entre amis, ... on suit l’itinéraire tortueux du jeune homme et de ses acolytes, prêts à être emprisonnés, voire même à mourir pour des idéaux, pas toujours très clairs, jusqu’à une action d’envergure du parti : la prise du bâtiment du gouverneur local dans plusieurs villes de Russie. Il y a alors cet échange entre Sacha et un membre de l’administration du gouverneur, Bezletov, également connaissance de son père (p.443) :
- Quel est le sens de tout cela ? Je te l’ai déjà demandé et je te le demande une dernière fois : à quoi ça rime ? Pourquoi vous êtes venus ici ?
- Le sens, c’est qu’il faut savoir pourquoi on meurt. Toi, tu ne sais même pas pourquoi tu vis.
- Ce qui est terrible, Sacha, c’est que ton âme mourra avant toi !
- Les gens comme toi sauvent leur peau en dévorant la Russie, tandis que les gens comme moi le font en dévorant leur âme. La Russie se nourrit des âmes de ses fils, c’est ça qui la fait vivre. Ce sont pas les saints, mais les maudits qui la font vivre. Même maudit, je reste son fils. Tandis que toi, tu n’es qu’un ignoble profiteur.

A lire également, l’excellente biographie de Vladimir Maïakovski, La Vie en Jeu de Bengt Jangfelot, agrémentée de très nombreuses photos de lui et de ses contemporains. Au-delà du portrait du poète, c’est la vie des artistes de l’époque

Source image : Zakhar Prilepine sur Sankya.ru, où l’on peut lire en ligne, et en cyrillique, l’intégralité du roman.

Bakounine 2011

Par Aurialie le 29.03.2011 à 23h41

A quoi ressemblerait le révolutionnaire Mikhaïl Bakounine à notre époque ? C’est la question à laquelle a répondu Sergueï Elkine pour l’institut Ludwig von Mises, institut libertarien dédié à l’enseignement et la recherche en philosophie et économie politique.

La Moldavie se révolte ?

Par Aurialie le 07.04.2009 à 23h58

Source photo : Live journal de Natalia Morar où l’on peut y lire la déclaration d’un groupe de jeunes de l’opposition

Auto-promo "nouveautés"

Par Aurialie le 21.03.2009 à 01h04


Deux petites nouveautés sont apparues sur la colonne de droite de ce blog (après la section "les derniers commentaires"), deux "projets" montés en parallèle de Spoutnitsi :

  • un fil twitter intitulé "spoutnistoria", pensé comme le canal historique de spoutnitsi, relatant la révolution russe de 1917 au jour le jour, comme si vous y étiez
  • un fil tumblr "C’est ça la France", dont le but est de montrer la situation des droits de l’homme, les trafics d’influence, la corruption, la justice à deux vitesses, la policiarisation d’un pays où les libertés semblent de plus en plus restreintes : la France.

Voilà aussi pourquoi je ne trouve pas de temps de lire...

Scénario de crise (1)

En cette période de difficultés économiques, les journalistes, experts, hommes politiques... essaient d’imaginer les moyens de sortir de cette crise. La contribution de Evgueni Gontmakher, membre de l’Institut du développement moderne, a été publiée la semaine dernière dans Vedomosti, valant d’ailleurs à ce journal un avertissement de l’Agence fédérale de surveillance des médias pour extrémisme.

Son article décrit les 14 étapes d’un scénario de déstabilisation de la ville de Novotcherkassk.
1- Licenciements massifs dans l’entreprise qui fait vivre la ville.
2- Augmentation importante de sans-emplois dans les autres secteurs d’activité et dans les pme...
3- ... mais aussi dans la grande distribution, les gens n’ayant plus les moyens d’acheter autres choses que les produits de consommation courante (pain, lait, soupe).
4- Paralysie totale de l’administration locale et du maire, qui attendent les ordres du gouvernement central.
5- Agitation grandissante se transformant en protestation ouverte : les habitants de Novotcherkassk marchent vers la mairie, exigent des autorités qu’ils fassent quelque chose. La police n’intervient pas, ne cachant pas leur sympathie pour les manifestants.
6- Occupation de la mairie, des leaders commencent à apparaître et à vouloir mieux organiser les évènements.
7- Exigence auprès du gouverneur et du président russe du retour à l’emploi et de poursuivre les fonctionnaires responsables de la crise. Les manifestant expliquent qu’ils ne partiront pas de la mairie avant que ces exigences soient remplies.
8- Tentative de contact entre le gouverneur régional et le pouvoir central. Internet et les médias indépendants, comme Écho de Moscou, commencent à relater les évènements, les chaines nationales se taisent.
9- Absence de réponse de Moscou, qui ne sait que faire : commencer des pourparlers avec les manifestants ? Réprimer les protestations dans le sang ? Les journalistes sont sur place, les agitateurs n’ont rien à perdre, difficile de prendre une décision.

10- Ordre, après de longues réflexions, des autorités fédérales au gouverneur d’aller sur place et de commencer les pourparlers pour que les gens rentrent chez eux, en échange de la promesse d’arranger la situation.
11- Démission du gouverneur, qui sait qu’il sera licencié quoiqu’il fasse. L’atmosphère dans la région s’alourdit. Un nouveau chef de l’administration régionale est choisi et envoyé sur place.
12- Déclaration publique du nouveau gouverneur : une des banques, avec la participation de l’Etat, est prête à donner des crédits avantageux pour permettre une reprise de l’activité dans l’entreprise qui fait vivre la ville.
13- Entêtement des habitants de Novotcherkassk qui veulent que le gouverneur reste leur prisonnier jusqu’à ce que ses promesses soient mises à exécution.
14- Des violences éclatent à Moscou...

Evgueni Gontmakher ne va pas plus loin dans son scénario mais estime que la situation a de grandes chances de se résorber par lassitude du peuple de manifester et utilisation par le pouvoir de l’arme la plus puissante actuellement : l’argent. Quoiqu’il en soit, sans attendre que des événements semblables se produisent et deviennent le prologue de secousse dans toute la Russie, l’expert pense qu’il faut enfin procéder à la modernisation de toute la vie russe (de l’économie jusqu’à la politique) en minimisant la participation de l’État dans les processus publics et en mettant en place des principes de concurrence honnête et de liberté de l’entreprendre. Mais cette modernisation suffira-t-elle à résorber la crise en Russie ?

Demain, d’autres scénarios d’évolution de la crise.

Image : Rassemblement ouvrier à Pétrograd en 1917 (source Chenge the world et nevsky88)

Lénine, l'art et la révolution

Par Aurialie le 06.08.2007 à 01h03

Envie de bronzer intelligemment ? Lénine, l’art et la révolution de Jean-Michel Palmier est pour vous. Ce livre de plus de 500 pages, premier tome d’une trilogie inachevé, retrace les questions et polémiques artistiques avant, pendant et après la Révolution de 1917. Les réflexions de Lénine sur ce sujet sont particulièrement mises en avant : critique des romans populistes, des doctrines des Constructeurs de Dieu et des Otzovistes, disputes avec Bogdanov et Lounatcharsky, (trop) longue étude de son œuvre Organisation du parti et littérature du parti, amitié avec Gorki… A cela s’ajoute une analyse intéressante des différents courants artistiques nés après les Révolutions de 1905 et 1917 - futurisme, poésie prolétaire, imagisme ou encore acméisme - et des portraits, composés de très nombreux extraits de poésie, de Blok, Pasternak, Essenine et Maïakovski. La dernière partie, courte mais plutôt ennuyeuse, décrit le fonctionnement du Commissariat à l’Instruction publique et aux Beaux Arts (et ses nombreuses querelles administratives entre les différents organismes, unions, commissions : Narkompros, Proletkult, TEO, RABIS, TST, ...) et les difficultés de rallier les artistes à l’idéologie soviétique.

Si dans son ensemble, l’essai est remarquable par le travail de recherches et le nombre important de citations, certaines parties accumulent les détails, les digressions et parfois mêmes les répétitions. Autre point diminuant la qualité de l’ouvrage : le manque d’unicité dans la translitération des noms russes, montrant la nationalité de l’auteur auquel JM Palmier s’est référencé. Enfin, dernière déception : l’auteur n’a pas poursuivi le travail d’écriture de sa trilogie, ce tome est donc la seule et unique partie. Les accroches dans les notes annonçant que ce sujet sera traité dans le 2e tome sont donc frustrantes.

Précis de révolution citoyenne (1)

Le mot "révolution" revient souvent dans les articles des journaux russes, du fait du pressing de la coalition L’Autre Russie et de la situation dans le pays : interdiction de manifester pour les opposants au régime poutinien, répression brutale des meetings et rassemblements, arrestation de dizaines d’"extrémistes", enrichissement de quelques personnes sur le dos de la population, censure d’artistes, …

La première exposition moscovite du photographe pétersbourgeoise, Ivan Ouchkov, a notamment été interdite fin janvier, car sa série "Bienvenu en Russie" ne correspondait pas vraiment à ce que souhaitait voir le président de l’Union des artistes russes, association subventionnée par l’État. Les photos d’Ivan Ouchkov sont satiriques, incisives - détournement de marques (MacDo, Ikea, Rousskoe Loto, Extra), exagération de certains traits de la société russe (prêtes orthodoxes armés de battes de base-ball, policiers violents, alcoolisme, …) - et peuvent choquer les esprits rigides. Ainsi, des membres du ministère de l’intérieur, qui l’avaient arrêté pour l’interroger, l’ont menacé de fermer son magasin d’équipement photographique s’il continuait à exposer.

Sa déclaration suivante résume bien l’avis de plus en plus de citoyens russes : "Je n’appelle pas à une nouvelle révolution, mais je veux que ma mère, qui vend des billets dans un bus, bénéficie d’une pension estimable comme tous les retraités. Je souhaite également que notre État pense plus à ses citoyens qu’à la reconquête de l’hégémonie mondiale."

Georgi Satarov, président de la fondation INDEM (Informatique pour la démocratie), publie dans Ejednevnyi Journal une série d’articles sur les nécessaires changements de mentalité dans la société. "Nous réclamons un nouveau type de révolution - la révolution des citoyens. Ce sont toujours les révolutions pacifiques par le bas qui détrônent les mythes enracinés, changent foncièrement les comportements des citoyens, leur activité politique." Selon lui, "il est temps de faire tomber les idoles ordinaires, ne plus placer d’espoir uniquement en eux, ne pas se reposer sur ses lauriers et prendre ses responsabilités." " Ces révolutions transforment des gens ordinaires en citoyens organisés, prêts à assumer des responsabilités pour changer le destin du pays. "

L’initiative populaire doit être à la base de cette révolution citoyenne. Le premier exemple d’initiative que chaque citoyen peut mettre en œuvre est le suivant : lorsque dans une émission de radio des bêtises sont proférées, téléphoner et intervenir à l’antenne. L’auteur estime que cela prend 20 minutes et que si 100 personnes téléphonent, l’atmosphère à l’antenne va changer progressivement, car le but n’est pas de briser un système. Et le moyen le plus efficace pour faire évoluer les esprits est de créer des réseaux informels d’action collective. Et les opposants à la xénophobie, les personnes choquées par l’assassinat de Politkovsaïa, les mécontents de la corruption politique, les partisans de la liberté d’expression ne manquent pas pour former des groupes de quelques centaines de personnes prêtes à agir ensemble.

L’organisation de flash mobs à caractère politique va sûrement être de plus en plus répandue en Russie. En effet, une étude du ministère de la défense britannique prévoit qu’en 2035 "l’invasion croissante des technologies de communication permettra aux Etats, aux terroristes ou aux criminels de mobiliser des flash mobs et de rassembler des forces rapidement dans un point donné." Le successeur de Vladimir Poutine aura donc bien besoin de lire la Psychologie des foules de Gustave Le Bon pour "tenir" son peuple.

Source images : Misslob pour la photo de la manifestation et Ivan Ouchkov via le site photosight.ru : 1e photo - parodie du Loft Story russe, 2e photo - MacDo et employés nazis, 3e image - Welcome to Russia.

Russie10
Russie22
Russie03
Russie28
Russie16
Russie15
Russie17
Russie42
Russie06
Russie13
Russie23
Russie31