Tous les articles sur le mot clé : procès

Pussy Riot, fin temporaire de partie

Par Aurialie le 06.03.2012 à 23h54

Le procès des 2 membres du groupe féministo-punk Pussy Riot se tenait aujourd’hui. Le crime de Maria Alekhina (à gauche) et Nadejda Tolokonnikova (à droite) : avoir participé à une performance musicale du groupe (consistant en une "prière punk" intitulée " ??????????, ?????? ???????", "Sainte Mère, chasse Poutine") dans la cathédrale du Christ Sauveur le 21 février (en plein Maslenitsa) pour dénoncer les liens entre l’église orthodoxe russe et Vladimir Poutine. Dans une interview, l’une des participantes a déclaré : "Notre Patriarche n’a pas honte de porter des montres valant 40.000$, ce qui est intolérable quand tant de familles en Russie sont au bord de la pauvreté."

Pour le moment, les deux accusées ont écopé de près de 2 mois de prison préventive pour hooliganisme, jusqu’à leur procès, qui se tiendra le 24 avril et dont le verdict pourrait être 7 ans d’enfermement. Les deux jeunes femmes, mères d’un enfant, ont entamé une grève de la faim pour protester contre leur emprisonnement.

Derrière leur musique, peu mélodieuse, il y a de vrais messages politiques. Dans l’interview à Gazeta citée ci-dessus, elles déclaraient également (avant l’élection présidentielle) : "Aujourd’hui, un petit nombre de personnes ont pris le pouvoir par la force en Russie, ils ont changé les lois pour garder le contrôle du pays. Ils n’ont pas demandé aux citoyens russes, s’ils voulaient ou non la prolongation du mandat présidentiel à 6 ans. Pourquoi n’ont-ils pas organisé un référendum ? La Russie n’est pas démocratique aujourd’hui. Notre position est de réfléchir de manière critique, de douter de toutes les choses "naturelles" et de trouver les mensonges. Aujourd’hui, certaines personnes essayent de nous persuader que Poutine est un cadeau pour la Russie, que le pays s’effondrerait sans lui. Notre position est de penser, d’analyser et de prendre de bonnes décisions." Elles exigent également la liberté pour les prisonniers politiques, le sujet les touche maintenant encore de plus près...

Des appels à manifestation en leur honneur ont été lancés à Moscou, mais aussi à Paris. Nous sommes tou(te)s des Pussy Riot, non ? Ok, peut-être pas tous ...

Source photos : Groupe Voina (1 et 2)

Belles et rebelles

Par Aurialie le 16.02.2011 à 00h27

Bonne nouvelle pour l’égalité entre les sexes : on enferme aussi les belles filles qui protestent !

A l’occasion de la manifestation anti-Berlusconi pour la dignité de la femme, les filles de Femen se sont réunies devant l’ambassade d’Italie à Kiev pour l’action "l’Italie n’est pas un bordel". Avec leur classe habituelle, elles ont enlevé leurs culottes (elles en portaient plusieurs), les ont jetés dans le public présent (beaucoup de journalistes), ont crié leur slogan et fait des doigts d’honneur. Mais une fois n’est pas coutume, les policiers les ont arrêtées sans ménagement et les Femenistes ont été condamnées à des amendes entre 51 et 850 grivnas (entre 4 et 79€).

Vivement la journée de la femme (pour info, le 8 mars) !

Source photo : Femen

Une carte pour Khodorkovski et Lebedev

Par Aurialie le 08.12.2010 à 22h46

Mikhaïl Khodorkovski et Platon Lebedev sont en prison depuis sept ans pour des allégations de crimes économiques. Ils devaient être libérés en 2011 ... Mais pour les autorités, ce n’était pas assez ! Un second procès a été organisé, le ministère public a requis 14 ans de prison contre les deux ex-Ioukos. La sentence sera connue le 15 décembre 2010. Et malheureusement, "il n’y a pas d’espoir d’avoir une décision juste et équitable du tribunal", selon le site free-khodorkovsky.ru. "Seuls les citoyens de la Russie seront en mesure d’arrêter ce scandale !"

"N’ayant aucune illusion dans la puissance du président de la Fédération de Russie, Dmitri Medvedev, nous l’encourageons à avoir la volonté de libérer Khodorkovski, Lebedev et d’autres personnes condamnées dans l’affaire de Ioukos et d’y mettre fin."
Et pour l’aider à prendre sa décision, les responsables du site demandent que vous remplissiez une carte postale virtuelle à l’attention du président russe, via leur formulaire. Ils vont ensuite les imprimer et les lui envoyer le 13 décembre. Il vous reste donc 4 jours pour remplir cette carte postale et aider le plus célèbre prisonnier politique en Russie.

A l’occasion du Marathon des signatures, organisé par Amnesty International, vous pouvez également signer une pétition pour Ibragim Gazdiev, enlevé par par des Russes en tenue de camouflage (peut être des agents du FSB) le 8 août 2007, sa famille est sans nouvelle depuis cette date.

Le procès Khodorkovski en BD

Par Aurialie le 21.09.2009 à 00h34

Le 2e procès contre Mikhaïl Khodorkovski et Platon Lebedev s’est ouvert depuis plus 5 mois et selon Ejednevnii journal, la stratégie des procureurs est évidente : au cours des séances, verser une quantité gigantesque de documents de toute sorte, qui ne prouvent rien, dans le seul but que le procès devienne tellement ennuyeux que l’opinion publique cessera de le suivre. Et alors, n’importe quelle décision pourra être prononcée.

EJ a donc décidé de mettre en place un projet spécial, intitulé Le Procès, en demandant à l’artiste Alexandre Kotliarov d’illustrer les épisodes les plus marquants du procès. Les premiers dessins ont été mis en ligne le 9 juillet, onze semaines de bandes dessinées sont donc à découvrir. En illustration, une image de la 1e semaine.

Les 50 ans d'A. Politkovskaïa

Aujourd’hui, entre 150 et 300 personnes se sont rassemblées place Triumfalnaïa à Moscou en mémoire d’Anna Politkovskaïa, qui aurait eu 50 ans aujourd’hui.

Assassinée le 7 octobre 2006, la journaliste de Novaïa Gazeta avait dénoncé sans relâche les atteintes aux droits de l’Homme en Russie, notamment en Tchétchénie. Le procès de son assassinat doit s’ouvrir début septembre, mais seuls les hommes de main sont dans le box des accusés (des hommes de 2e-3e rang pour Sergueï Sokolov, vice rédacteur en chef de NG), les commanditaires n’ont pas encore été retrouvés (volontairement ?). S. Sokolov rajoute dans son interview à Svobodanews que le déroulement du procès en huis-clos serait un premier signe de l’abandon progressif de l’enquête, mais que celle-ci serait poursuivie de leur côté pour trouver toutes les personnes liées à l’assassinat.

Photo : Novaya Gazeta

Russie13
Russie23
Russie26
Russie29
Russie12
Russie41
Russie30
Russie38
Russie42
Russie03
Russie04
Russie45